Vote for Animals
L'engagement

Faune

Prenez l'engagement

Soutenir l’adoption d’une liste positive européenne pour les animaux de compagnie exotiques permettant de déterminer quels animaux exotiques peuvent être commercialisés et gardés au sein de l’UE

Ces dernières années, une tendance croissante à garder des animaux exotiques plutôt que des animaux de compagnie traditionnels a été observée, faisant de l’UE l’un des principaux importateurs de poissons tropicaux, de reptiles, d’oiseaux et de mammifères. Cependant, la plupart de ces espèces exotiques ne sont pas adaptées à une vie en captivité et il est extrêmement difficile pour leurs propriétaires de fournir des soins, une nourriture et un logement correspondant à leurs besoins. Les espèces exotiques peuvent également menacer la biodiversité locale et avoir un impact négatif sur la santé publique. Une liste positive de l’UE établirait quelles espèces peuvent être commercialisées et gardées comme animaux de compagnie de manière claire et complète, garantissant que toute espèce ne figurant pas sur la liste soit par définition interdite.

Adopter une interdiction européenne de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques

Les cirques ne répondent pas aux exigences sociales, spatiales et sanitaires les plus élémentaires pour les animaux sauvages. Ces animaux sont obligés d’adopter des comportements non naturels et le domptage inclue des punitions physiques stressantes pour les animaux. Ils sont exposés à un confinement étroit, une foule nombreuse et bruyante, de fréquents voyages, des groupements sociaux inappropriés et la perturbation des liens sociaux établis. Vingt-quatre États membres de l’UE ont désormais adopté des limitations concernant l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques. Une approche coordonnée entre les États membres au niveau de l’UE est maintenant nécessaire pour mettre définitivement un terme à cette forme de divertissement archaïque.

Promouvoir la coexistence et la gestion non létale des espèces sauvages dans l’UE

Dans les continents très peuplés tels que l’Europe, la faune est obligée de coexister et de s’intégrer aux activités humaines. Les efforts visant à résoudre les conflits avec les espèces sauvages devraient commencer par remédier aux causes des conflits homme-faune et par la mise en place d’une culture de coexistence avec les pratiques humaines. Il convient de promouvoir au niveau de l’UE la résolution des conflits par des méthodes non létales et la réduction au minimum des atteintes au bien-être animal pour parvenir à une coexistence pacifique.

Soutenir l’adoption d’interdictions nationales de l’élevage d’animaux à fourrure et s’opposer aux initiatives qui apportent l’approbation de l’UE à l’industrie de la fourrure

La majorité des citoyens de l’UE s’opposent à l’élevage d’animaux à des fins de production de fourrure. Ils estiment qu’il est inacceptable, inutile et immoral de garder et de tuer des animaux pour la production d’un produit de luxe pour lequel il existe de nombreuses alternatives plus humaines.Dans un contexte où les États membres s’acheminent vers l’interdiction de cette industrie cruelle, la Commission européenne a récemment annoncé qu’elle créerait un deuxième centre de référence de l’Union européenne chargé également de veiller au bien-être des animaux à fourrure. Ce type d’initiatives donne une légitimité à une industrie cruelle, est totalement inefficace pour améliorer le bien-être des animaux et utilise l’argent des contribuables européens à des fins que la majorité d’entre eux juge inacceptables.